Accueil > Journal d’un disparu > Artistes et Compagnie > Nicolas Roger, création lumière & direction technique

Nicolas Roger, création lumière & direction technique

Parcours

Très tôt, Nicolas Roger marque un vif inté­rêt pour le théâ­tre : il par­ti­cipe en tant que comé­dien à de nom­breux spec­ta­cles à Angers, sa ville natale. Il choi­sit alors de suivre une for­ma­tion aux tech­ni­ques de la lumière et obtient son Diplôme des Métiers Artistiques (DMA) à Nantes en 2001. Il par­ti­cipe ensuite à de nom­breux pro­jets, tant pour le théâ­tre et le cinéma que pour les musi­ques ampli­fiées, tour à tour acteur ou tech­ni­cien.

Régie géné­rale et créa­tion lumière

En 2003, il est régis­seur géné­ral au CDN de Sartrouville, dans le cadre d’Odyssées 78, pour le spec­ta­cle Un Obus dans le cœur de Wajdi Mouawad, mis en scène par Christian Gangneron (spec­ta­cle deux fois nomi­nés aux Molières 2005 et en tour­née pour 120 repré­sen­ta­tions).

C’est pour l’Arcal qu’il crée ses pre­miè­res lumiè­res avec Acis et Galatée, opéra de Lully, mis en scène par Christian Gangneron au Grand Théâtre de Reims en 2004, année où il créé les lumiè­res de la reprise de Wolfgang , caro mio ! sa pre­mière col­la­bo­ra­tion avec Xavier Ricard qui lui pro­pose alors de créer celle de La tra­gi­que Histoire de Paillasse.

Il est régis­seur géné­ral de l’Arcal en tour­née avec l’opéra-bouffe d’après Copi Les quatre Jumelles de Régis Campo en 2008-09 (mise en scène Jean-Christophe Saïs), l’électropéra My Way to Hell de Matteo Franceschini (mise en scène Volodia Serre) et l’Histoire du Soldat de Stravinsky (mes J-C. Saïs) en 2010-11. Il devient direc­teur tech­ni­que de la com­pa­gnie en 2012.

Collaborations artis­ti­ques

Avec le Théâtre de Chair, il crée notam­ment les lumiè­res d’Ossyane (2010), dans une mise en scène et une adap­ta­tion de Grégoire Cuvier d’après l’œuvre d’Amin Maalouf Les échelles du Levant, et de La classe envo­lée (2013), dip­ty­que poé­tico-bur­les­que de Grégoire Cuvier.

Lors du Festival « Stand d’été » à Moutier en Suisse en juin 2015, il crée les lumiè­res de l’opéra de Verdi Traviata, dans une mise en scène de Bruno Ravella et sous la direc­tion de Facundo Agudin.

une créa­tion de l’Arcal, com­pa­gnie diri­gée par Catherine Kollen

Mise en scène & idée ori­gi­nale : Louise Moaty
Direction des études musi­ca­les et lin­guis­ti­ques : Irène Kudela
Scénographie : Louise Moaty & Mathilde Moaty
Création lumière : Nicolas Roger
Costumes : Alain Blanchot
Conseil lin­guis­ti­que (rro­mani) : Jasko Ramic
Régie géné­rale : Stéphane Holvêque
Direction artis­ti­que : Arcal - Catherine Kollen

Paul Gaugler, ténor : le jeune paysan (Janick)
Albane Carrère, mezzo-soprano : la tsi­gane (Zefka)
Ienissei Ramic, piano
Chœur de femmes à 3 voix

Dans cette rubrique

  • Ienissei Ramic

    Formation Ienissei Ramic naît à Moscou le 27 juin 1990, vie ensuite en Serbie jusqu’à l’âge de 10 ans. Sa mère pianiste, Svetlana Ramic, le met au clavier dès 3 ans, son père, virtuose, obtient le (...)

  • Albane Carrère, la tsigane (mezzo-soprano)

    La mezzo-soprano française Albane Carrère est née à Vienne en Autriche.
    Formation
    Après avoir obtenu une maîtrise en sociologie à l’Université Libre de Bruxelles, elle entre au Conservatoire Royal de (...)

  • Mathilde Moaty, scénographie

    Mathilde Moaty est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture in Paris Marne-la-Vallée (ENSAVT). Elle est notamment membre du « C.A.M.E Collective », collectif de jeunes femmes architectes, (...)

  • Alain Blanchot, costumes

    Diplômé en histoire de l’art et formé au stylisme au Cours Berçot, il commence à travailler comme costumier dans le cinéma et la publicité.
    Très vite intéressé par les performances scéniques, il crée des (...)

  • Jasko Ramic, conseil linguistique rromani

    Tzigane de Serbie, formé en partie par la musique traditionnelle de son pays et par le conservatoire de Moscou, Jasko Ramic est un maître de l’accordéon. Sa carrière est celle d’un musicien de fêtes (...)